Historique

La Commission des Cadrans solaires du Québec a été fondée le 18 juin 1994, à Drummondville. Les membres fondateurs en sont: André E. Bouchard, Chantale Dumas, Réal Manseau et Denis Verrier .

Pourtant la petite histoire retiendra une autre version. Dans mon esprit, la Commission des Cadrans solaires du Québec est née à Paris, en octobre 1993, après ma participation à la rencontre annuelle de la Commission des cadrans solaires de la Société astronomique de France. J'ai le souvenir très net d'avoir décidé, en rentrant à mon hôtel, de lancer un appel aux amateurs des cadrans solaires du Québec "afin de constituer notre propre répertoire (de cadrans) et de créer un lieu d'échanges parmi nous". Voici le texte de cet appel, tel que paru dans ASTRONOMIE QUÉBEC, du Vol4, No2, (mars-avril 1994):

Amateurs de cadrans solaires, unissons-nous!

En mai 1972, Le bulletin de liaison L'Astronomie de la Société astronomique de France (SAF) lançait un appel. Je voudrais ici le reprendre in extenso pour tenter de joindre les amateurs québécois de cadrans solaires.

Je suis membre de la SAF et de sa commission de cadrans solaires, mais je caresse le rêve de regrouper les amateurs de cadrans solaires au Québec, afin de pouvoir constituer notre propre répertoire et de créer un lieu d'échange parmi nous. Après tout, il s'agit de notre patrimoine!

Les amateurs de cadrans solaires ne se connaissent pas!
À part quelques rares exceptions, ils restent isolés et sans moyen pratique d'avoir des contacts avec des personnes ayant des goûts analogues. Plus nombreux qu'on ne le pense généralement, ils se recrutent dans tous les milieux, toutes les catégories d'âge, toutes les professions.

Je suggère donc à tout amateur de cadrans solaires de m'écrire, en donnant de façon aussi détaillée que possible les renseignements permettant d'apprécier la nature et la qualité d'intérêt qu'il porte aux cadrans solaires.

C'est ainsi que, outre les indications habituelles de nom, prénom, résidence, téléphone, âge et profession, il serait utile de préciser si l'intéressé(e)

Bref, nous demandons donc à chacun(e) de définir clairement son intérêt particulier pour les cadrans solaires en précisant ses goûts et ses désirs et en présentant, le cas échéant, ses suggestions personnelles. Qui sait, à la grandeur du Québec, nous aurions peut-être l'embryon d'une Commission québécoise des cadrans solaires ou de son équivalent. Alors, manifestez-vous!

Objectifs

Voici le premier cadran solaire qui me rappelle les jours de mon enfance. Il s'agit d'un cadran en bois, peint en noir et blanc, à deux tables d'angle droit; il est situé à l'angle de 2 murs, à environ 8 mètres du sol. On le retrouve encore à Trois-Rivières, au 858, rue Laviolette.

J'étais fasciné par sa devise dorée, et en latin:

A Solis Optu Usque Ad Occasum Laudabile Nomen Domini.
Depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher, Louable est le nom du Seigneur
(Psaume 112, verset 3)

Ce cadran date de 1883. Les dessins sont dûs à l'abbé Raymond CAISSE, préfet des études. Le cadran du Séminaire St-Joseph de Trois-Rivières a été restauré en 1930.

C'est en pensant à ce cadran, et à tous les autres de Répertoire, que j'ai formulé les objectifs suivants: